Quand le cerveau déguste

_DSC1721
Philippe Faure-Brac, sommelier, et Gabriel Lepousez, neurobiologiste

Vous n’en avez sans doute pas conscience, mais quand vous approchez un verre d’alcool de votre nez, votre cerveau le perçoit instinctivement comme un danger potentiel. En cause, vos récepteurs olfactifs qui lui indiquent que le liquide que vous vous apprêtez à boire est « chaud » et « piquant ». En portant une gorgée de cet alcool en bouche, vous allez donc braver ce fugace avertissement. Ce n’est pas de l’inconscience, mais plutôt le résultat d’une certaine forme de raffinement qui s’est forgée au fil du temps chez l’être humain. Continuer de lire « Quand le cerveau déguste »

« Ça plaît quand c’est bon »

IMG_20171009_101548xxx
Les barmen parisiens et bordelais en visite à Cognac, accompagnés de David Boileau, à droite

Ils sont arrivés avec un peu de retard, mais il faut dire qu’il était tôt. Donner rendez-vous à des barmen un lundi à 9 heures, c’est quand même oublier que ces professionnels mixent les alcools derrière leur comptoir jusqu’au bout de la nuit. Continuer de lire « « Ça plaît quand c’est bon » »

5e saison des Quais ici ou ailleurs

IMG_20170907_115250
Dans l’ancienne mise en bouteille d’Hennessy à Cognac

On le sait sûrement trop peu : depuis cinq ans, la maison Hennessy propose chaque mois à Cognac, entre septembre et juin, un spectacle culturel gratuit, accessible par le biais d’une plateforme de réservation en ligne. Le premier de la saison 2017/2018 a été présenté au public charentais hier soir, à l’ancienne mise en bouteilles de la maison. Continuer de lire « 5e saison des Quais ici ou ailleurs »

Hennessy et l’INRA Bordeaux contre les maladies du bois

img_0258
Au premier plan, de gauche à droite : Lionel Choplin, représentant de l’Agence nationale de la recherche, Florent Morillon, directeur « amont » de la maison Hennessy, et Patrice Rey, directeur adjoint de l’UMR SAVE, lors du lancement du projet GTDfree le 2 décembre.

Dans « L’Apoplexie », publié en 1921 et qui fait aujourd’hui encore référence, René Lafon, ingénieur agricole, évoquait déjà les pistes de traitements, aussi bien préventifs que curatifs, de ce qui reste, près d’un siècle plus tard, un fléau pour le vignoble français. Ce que l’on nommait alors « apoplexie de la vigne » est désormais appelé « esca ». L’esca est la plus redoutable maladie du bois de la vigne. Elle se caractérise par le développement de nécroses dans le cep qui le dégradent et le rendent progressivement improductif. Depuis l’interdiction en 2001 du seul produit phytosanitaire efficace, à savoir l’arsénite de sodium, les vignerons ne disposent plus d’aucune solution face à cette maladie au processus long et complexe. Continuer de lire « Hennessy et l’INRA Bordeaux contre les maladies du bois »

Vous prendrez bien un « cognac plaisir » ?

img_0013
Thierry Verrat, chef du restaurant La Ribaudière à Bourg-Charente (16).

Doit-on laisser le consommateur venir au cognac, ou le cognac doit-il venir à lui ? La question n’en finit plus d’être posée en France, où le spiritueux charentais peine à susciter l’adhésion. Il est, encore et toujours, considéré comme un produit de luxe, cher, intimidant, peu facile d’accès, réservé plutôt aux hommes. Bref, inaccessible au plus grand nombre, alors qu’aux Etats-Unis, il est bu sans façon en cocktail et qu’en Asie, il accompagne très facilement les repas. Continuer de lire « Vous prendrez bien un « cognac plaisir » ? »

L’artisanat d’art va sublimer les cognacs Martell

img_0898
Les artisans d’art réunis par la maison Martell au château de Chanteloup à Cognac fin septembre. Huitième en partant de la gauche, Elise Blouet-Ménard.

Elise Blouet-Ménard est restauratrice d’objets d’art anciens. Elle est aussi membre des Grands Ateliers de France, avec qui la maison Martell vient de s’associer, pour que soient créés une série d’objets uniques autour de la bouteille de cognac. Continuer de lire « L’artisanat d’art va sublimer les cognacs Martell »

Fausses notes, vie monastique et soin capillaire

WP_20160804_012
Le cocktail « Cognac summit » s’affichait dans les pages du Nouvel Observateur fin juillet

Pas de pause estivale pour le cognac. Début août, le site internet franco-russe Le Courrier de Russie publiait un article intitulé « Le cognac de Derbent : une fierté du Daghestan »Continuer de lire « Fausses notes, vie monastique et soin capillaire »

24 précieux flacons pour riches collectionneurs

COGNAC MEUKOW � BNIC - SPIRIT HUNTERS - PLACE CLICHE
Parmi les 24 carafes, le Cognac Meukow « Eternity », assemblage de Grande et Petite Champagne. Flacon en verre soufflé inspiré de topettes d’antan, réalisé par Philippe Seys. Exemplaire unique (40 % – 70 cl). Mise à prix : 6 000 euros.

La part des anges n’est pas seulement la portion d’alcool qui s’évapore dans une barrique pendant le vieillissement, c’est aussi, depuis dix ans, le rendez-vous annuel le plus attendu dans le monde du cognac : un dîner de gala caritatif, ponctué d’une vente aux enchères de cognacs rarissimes. L’attente est cette année d’autant plus grande qu’il n’y a pas eu d’édition 2015, le Bureau national interprofessionnel du cognac, qui organise l’événement, préférant se concentrer sur la préparation du dixième anniversaire. Continuer de lire « 24 précieux flacons pour riches collectionneurs »