La guerre des chiffres

dsc06964
Des vignes dans les environs de Foussignac (16)

Lors de la traditionnelle réunion de vendanges organisée par le syndicat viticole UGVC la semaine dernière à Cognac, la question environnementale, objet à l’heure actuelle de bon nombre de discussions dans la filière, était sans surprise au cœur du discours du président Stéphane Roy.

« Consciente de l’enjeu, la viticulture cognaçaise a fondamentalement changé ses pratiques depuis quinze ans, a-t-il insisté. Mais encore faut-il parvenir à le faire savoir. Il me semble que les efforts effectués ne sont pas perçus à leur juste valeur. Pour illustrer mon propos, je constate que les régions de Cognac et Bordeaux sont très régulièrement visées par les campagnes de communication alertant sur le danger des produits phytosanitaires et pourtant ce sont les régions viticoles où il se vend le plus de pulvérisateurs confinés qui limitent la dérive de ces produits. Nous essayons d’être des bons élèves et pourtant nous sommes la cible des critiques les plus virulentes et souvent les moins étayées. Le débat n’est pas rationnel. »

« On présente souvent les viticulteurs comme insensibles aux alertes des associations environnementales et conditionnés par le lobbying des firmes phytosanitaires, a poursuivi le président de l’UGVC. C’est idiot car ces riverains qui vivent auprès de nos parcelles, ce sont bien souvent nos amis, nos familles. Ces enfants qui étudient dans ces petites écoles entourées de vignes, la plupart du temps, ce sont les nôtres. Serions-nous cyniques à ce point ? »

« La viticulture et les riverains assistent dubitatifs à l’empoignade médiatique opposant les lobbys environnementaux aux lobbys des labos phytosanitaires, a-t-il aussi noté. Dans cette lutte où le raisonnement scientifique n’existe plus, où la mesure et la transparence n’ont plus le droit de cité, chacun cherche à susciter l’adhésion de l’opinion et tant pis s’il faut s’arranger avec la vérité. Mais tout ce cirque médiatique n’est plus sans conséquence sur la vie quotidienne des gens et il faut que ça s’arrête. Le climat anxiogène en découlant monte les gens les uns contre les autres dans nos campagnes. »

Ces mots font écho à un article paru dans le numéro d’octobre 2016 du magazine « Que Choisir », qui consacre un dossier aux résidus de pesticides présents dans les fruits de consommation courante. Dans un encadré intitulé « Données chiffrées : Inutile d’en rajouter », le magazine rappelle que « Cinquante-neuf mille tonnes de pesticides ont été répandues sur les champs français en 2014. C’est énorme, c’est beaucoup trop, tout le monde est d’accord. Alors pourquoi certains ont-ils besoin de tordre les chiffres dans tous les sens pour leur faire dire n’importe quoi ? », évoquant « un contresens total sur les données européennes » dans l’enquête de « Cash Investigation » diffusée en février dernier, mais aussi un récent communiqué de presse accrocheur mais erroné des magasins Biocoop.

« Autre omission gênante constatée à chaque fois que sont cités des chiffres sur l’usage de pesticides : la surface cultivée n’est pas prise en compte, pointe le magazine. Or la France possède la plus vaste de tous les Etats européens. Si l’on ramène la quantité de produits phytosanitaires à l’hectare cultivé, elle se classe au 9e rang, derrière Malte, les Pays-Bas, la Belgique, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce et l’Allemagne. Autant dire que, si l’on veut éviter les résidus de pesticides, on n’a pas, a priori, de raisons de se méfier plus particulièrement des produits « origine France » que de ceux de nos voisins. »

Lors de la réunion des vendanges, Stéphane Roy a souhaité que la viticulture cognaçaise travaille avec les associations environnementales « de façon constructive dans l’intérêt collectif en sortant de la logique de lobby ». Il faudra sans doute auparavant sortir de cette interminable guerre des chiffres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s