En bouteille

 

julien badr et les membres du cognac au féminin
Julien Badr, directeur général, avec deux membres de Cognac au féminin
adrien lebrun
Adrien Lebrun, directeur du site Cognac Embouteillage

Voici une rapide incursion (et une vidéo des plus sommaires, ne nous le cachons pas) dans l’univers de la mise en bouteille, avec l’entreprise Cognac Embouteillage à Salles d’Angles (16), qui conditionne tous types de vins et spiritueux, et assure l’étiquetage et la mise en étui. L’équipe dirigeante accueillait il y a quelques semaines les membres du « Cognac au féminin ». Deux fois par an, à l’initiative du syndicat viticole UGVC, des femmes travaillant dans le monde du cognac se retrouvent pour échanger sur leur métier.

L’équipe de Cognac Embouteillage est jeune (le directeur Adrien Lebrun, qui a moins de 30 ans, revendique un esprit « start up industrielle ») et donne l’impression de ne pas s’encombrer des pesanteurs hiérarchiques. On les imagine volontiers réactifs et créatifs. Julien Badr, directeur général de Prestation du Fief, Charente Emballage Prestation Service (CEPS) et Cognac Embouteillage, le confirme en répétant dans un sourire, en réponse aux questions sur la faisabilité technique de tel ou tel embouteillage : « Tout est possible. Il faut simplement pouvoir y mettre le prix ».

L’entreprise compte parmi ses clients de petites structures mais aussi, contrairement à ce qu’on pourrait croire, les plus grandes maisons de négoce cognaçaises, pourtant équipées en matière d’embouteillage. Elles font en fait appel à la société pour des besoins spécifiques, sur de petites séries notamment. « Les lignes d’embouteillage des grandes maisons sont souvent trop rapides, les bouteilles s’entrechoquent et s’abîment. Nous disposons ici d’équipements offrant plus de souplesse, avec quatre lignes capables de traiter entre 1000 et 5500 bouteilles (de 3 cl à 3 litres) par heure. », explique Julien Badr.

L’usine est aussi à la pointe en terme de démarche qualité. « On n’a pas le droit à l’erreur, rappelle un chef de projet. Surtout quand un stock doit être prêt pour le Nouvel An chinois, et qu’il doit faire 30 jours de mer, et enchaîner par 15 jours de douanes avant d’arriver à bon port. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s