Augier : rien que du cognac

 

Augier (2) (844x1024)
Cognac « L’Océanique » de la maison Augier

Lors d’une journée de présentation de la maison Augier, je me suis demandé quel aurait été mon rapport au cognac si je l’avais découvert pour la première fois dans ce contexte-là, et non celui-ci. Et par extension, cette question : comment ceux qui ne savent rien du cognac le percevraient-ils s’ils en dégustaient pour la première fois dans un contexte privilégié comme nous l’avons fait ce jour-là ?

La journée a démarré par une partie de pêche au bord de la Charente, d’où nous sommes tous revenus absolument bredouilles, mais qu’importe (ça ne nous a pas empêché de nous applaudir tous généreusement, croyez-moi). Près de ce fleuve qui a tant compté dans le commerce du cognac, nous avons d’abord goûté « L’Océanique ». Debout en cercle, le breuvage servi dans un élégant verre sans pied, sans cérémonial, nous avons pu tranquillement échanger nos impressions. Mon voisin, pêcheur averti venu nous inculquer deux ou trois notions de base, a dit aimer, car ça lui rappelait le goût… du whisky.

Sacrilège ? Non. Mais sans doute l’amorce d’une petite révolution. Avec sa nouvelle gamme, la maison Augier, créée en 1643 et aujourd’hui propriété du groupe Pernod Ricard, bouscule les codes habituels du cognac et le revendique. En communiquant par exemple sur le fait que « le Sauvage », « le Singulier » et « l’Océanique » sont élaborés sans additifs. Point de boisé, de caramel, ni de sirop de sucre dans ces trois eaux-de-vie. Voilà le genre d’info qui amènera immanquablement le consommateur à en déduire, à raison, que les autres cognacs en contiennent. Et qui en fera sûrement tousser quelques-uns. Mais la maison ne s’en émeut pas, et estime ne faire que répondre à une demande toujours plus forte d’authenticité. « Le cognac n’est pas une science exacte », nous a glissé un employé dans la distillerie du Maine-au-Bois, près d’Archiac en Charente-Maritime, où sont produits les cognacs Augier. Une évidence que la maison souhaite visiblement rappeler, en s’écartant des productions standardisées.

L’équipe Augier, dirigée par Olivier Gardais, s’est donnée pour mission de « rechercher la typicité, de travailler les cépages oubliés (comme le Balzac, très cultivé au 17e siècle), et de créer des cognacs singuliers, capables de séduire des amateurs de rhum ou de whisky (il y en aura eu au moins un à cette présentation). Chacun des cognacs est issu d’un seul cépage, d’un seul terroir et d’une méthode de distillation adaptée, impulsée par le maître de chai David Florac.

Avant l’Ugni blanc (cépage majoritaire dans la production du cognac), il y avait une forte diversité, a rappelé Sébastien Julliard, le directeur du Conservatoire du vignoble charentais. « Le Singulier, issu du cépage Folle blanche, a sans doute le goût d’un cognac au 17e siècle. » Quel meilleur argument d’achat quand on est en quête d’authenticité que de jeter son dévolu sur un cognac revenu aux fondamentaux ?

Après une rapide visite de la distillerie, l’équipe avait prévu une dégustation apéritive à base d’anguille fumée et de salicorne, de tartines beurrées aux cèpes crus et de figues de Barbarie rôties au miel. Des mets concoctés par la créative Céline Pham, également aux manettes du déjeuner qui a suivi. Sur la table, trônaient bien sûr les flacons Augier en forme de « montre », bouteille traditionnellement utilisée pour présenter les eaux-de-vies au maître de chai. Illustrés « d’un emblème qui évoque la nature cognaçaise riche et sauvage du XVIIème siècle », leur univers m’a rappelé celui de la blogueuse culinaire Mimi Thorisson. J’ai imaginé ces cognacs sur sa table, dans le Médoc.

  • Le Sauvage, puissance et structure, cépage ugni blanc, cru Petite Champagne.
  • Le Singulier, richesse aromatique et éloquence, cépage folle blanche, cru Grande Champagne.
  • L’Océanique, pureté et notes iodées, cépage ugni blanc, cru Bois Ordinaire de l’île d’Oléron.

Crédit photos : Maison Augier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s