Anéthol, blé sauvage et chères calories

DSC07127 - Copie
Une ancienne publicité pour le cognac

Mille excuses à mes abonnés, notamment aux plus récents, pour la fréquence des billets sur ce blog. À vrai dire, pas sûr que ça s’arrange prochainement, puisqu’un nouveau projet va occuper l’essentiel de mon temps dans les semaines à venir. Néanmoins, voici trois petites choses repérées hier :  Continuer de lire « Anéthol, blé sauvage et chères calories »

Des infos déprimantes et une question

IMG_20171119_142925
Mur peint « Réalité, sortie de secours », de Marc-Antoine Mathieu, rue de Beaulieu à Angoulême

Il y a quelques jours, j’ai vu passer, comme tout le monde ou presque, l’information selon laquelle « un tiers des oiseaux a disparu dans les campagnes françaises en 15 ans » . Cette disparition découle directement d’une autre : celles des insectes (dont j’avais parlé ici, souvenez-vous des pare-brise bien trop propres). Effectivement, en 30 ans, 80 % des insectes volants ont disparu. Cette infographie du Télégramme sur la situation en Bretagne résume assez bien la situation. Continuer de lire « Des infos déprimantes et une question »

Chacun(e) à sa manière

IMG_20180307_130858
Les quatre échantillons dégustés

Hier, j’ai participé à une dégustation de cognac organisée par Olivier Sarazin, le responsable de l’édition Charente de Sud Ouest, au restaurant L’Essille à Bassac. Il s’agissait de goûter, au milieu de trois autres échantillons, le cognac XO Bredon vendu par Lidl à 19,99 euros, dont le prix de vente a fait réagir vivement les acteurs de la filière. Continuer de lire « Chacun(e) à sa manière »

Le cuivre du sol et les pouvoirs de la phytoextraction

IMG_5538
Ludovic Vincent, patron de la start up Biomède, basée à Lyon

Dans une filière qui a fait du développement durable une de ses priorités, le concept de phytoremédiation trouvera sans doute dans les années à venir de plus en plus d’écho auprès des viticulteurs. Qu’est-ce donc au juste que la phytoremédiation ? Pour faire court, on pourrait dire qu’il s’agit de l’action des plantes dites « dépolluantes ». Plus précisément, la phytoremédiation est, comme l’explique Jean-Louis Morel, directeur du laboratoire Sols et Environnement de l’Université de Lorraine et de l’INRA, « un ensemble de procédés agronomiques fondés sur l’action des plantes, et notamment de leurs racines, pour stabiliser ou éliminer les polluants des sols. Par extension, on peut aussi employer ces méthodes contre les polluants des sédiments, des eaux, de l’air. On en distingue quatre types qui dépendent de la nature des polluants et des mécanismes d’action des plantes : la phytostabilisation, la phytodégradation, la phytovolatilisation et la phytoextraction. » Continuer de lire « Le cuivre du sol et les pouvoirs de la phytoextraction »

Révolution paysanne

champbis
.

Un viticulteur du Jura qui confie qu’il ne savait pas reconnaître de la consoude (base d’un purin pour la vigne) dans la nature, un éleveur laitier à qui l’on déconseillait tellement de faire pousser de l’herbe qu’il a longtemps perdu de vue que la vache est un herbivore, un céréalier « déconnecté » de sa terre, qui explique qu’il ne supportait pas, avant d’avoir l’audace de se remettre en question et de repenser son métier, de toucher des vers de terre, pourtant « pilier du système de production agricole », de nouveaux agriculteurs, parfois venus des villes, qui veulent produire tout en préservant leur environnement.  Continuer de lire « Révolution paysanne »

Des mets au diapason

 

37 bis
lignesdevigne.com

Quel type de cognac pour accompagner du roquefort ? De l’ananas ? À quelques jours des fêtes de fin d’année, l’interprofession a présenté une application pour téléphone mobile qui met en avant les meilleurs accords mets-cognac. Car on ne le sait pas assez : le spiritueux charentais peut également agrémenter un repas. Cognac Pairing, conçu avec l’aide de 45 experts de la dégustation du monde entier, permet de trouver l’association idéale en fonction du type d’aliment, ou du type d’eau-de-vie. Continuer de lire « Des mets au diapason »

Quand le cerveau déguste

_DSC1721
Philippe Faure-Brac, sommelier, et Gabriel Lepousez, neurobiologiste

Vous n’en avez sans doute pas conscience, mais quand vous approchez un verre d’alcool de votre nez, votre cerveau le perçoit instinctivement comme un danger potentiel. En cause, vos récepteurs olfactifs qui lui indiquent que le liquide que vous vous apprêtez à boire est « chaud » et « piquant ». En portant une gorgée de cet alcool en bouche, vous allez donc braver ce fugace avertissement. Ce n’est pas de l’inconscience, mais plutôt le résultat d’une certaine forme de raffinement qui s’est forgée au fil du temps chez l’être humain. Continuer de lire « Quand le cerveau déguste »

Susciter des vocations dans le vignoble

viticampus
Yves Jean, président de l’Université de Poitiers, Corinne Reulet, proviseur des lycées agricoles de Saintonge, Eric Depaye, DRH de la maison Hennessy, Philippe Taillecours, directeur du campus agricole de la Charente, et Pascal Davy, de l’IREO de Cherves-Richemont

Il y a quatre ans, une convention était signée entre la maison Hennessy et les filières publiques et privées de l’enseignement viticole de la région, pour « promouvoir les formations aux métiers de la viticulture ». Baptisée « Viticampus », cette opération a été reconduite la semaine dernière. Continuer de lire « Susciter des vocations dans le vignoble »